Se connecter

Fêtes votives, la FNCOF à la préfecture de l’Hérault(34)

Publié le

 

Soucieux de l’intérêt de nos adhérents et du patrimoine festif, Arnaud THENOZ, président délégué FNCOF & Philippe Raybaud, secrétaire général FNCOF, se sont rendus le 7 mai, à la réunion organisée par Monsieur le préfet de l’Hérault au sujet des fêtes votives.

Étaient présents, une vingtaine de maires, le syndicat intercommunal de sauvegarde des traditions camarguaise représenté par M. Garcia avec qui j’ai eu de nombreux échanges téléphoniques au préalable et qui regroupe à lui seul 44 communes, des représentants de comités des fêtes, l’ensemble du cabinet du préfet, le commandant de groupement de la gendarmerie de l’Hérault et bien entendu notre fédération, seule entité du monde festif à être représentée.

Près de deux heures d’échanges instructifs et passionnés qui ont permis à chacun de comprendre les interrogations qui se posent, à la suite d’une circulaire du préfet, expédiée aux municipalités du département de l’Hérault et datant de janvier 2018, recommandant fortement aux organisateurs de festivités de réduire les jours de fêtes.

Le préfet, en ouverture, a rappelé quelques chiffres. En 2017 il y a eu 180 fêtes votives organisées sur l’Hérault ce qui représente en tout 530 jours de fête.

2600 gendarmes, sur la période de juillet août, sont mobilisés chaque année pour assurer la sécurité des touristes et des habitants.

L’année dernière les fêtes votives ont provoqué 40 blessés dont trois gendarmes.

Ces chiffres, accompagnés par des risques importants d’évènements terroristes comme nous avons pu le connaître récemment, dans le département voisin de l’Aude, justifient à eux seuls un rappel des responsabilités de chacun dans l’organisation des manifestations populaires festives.

Monsieur le préfet rappelle qu’il est de son devoir et de sa responsabilité d’informer ou de réinformer les responsables associatifs et élus locaux par le biais de la circulaire qu’il a envoyé au mois de janvier dernier et qui a suscité tant de polémiques.

Le cabinet du préfet et le préfet lui-même rappellent leur attachement respectif aux fêtes locales qui font partie du patrimoine et de la culture, et souligne que de telles polémiques n’ont aucune raison d’être.

Mais il incite, pour des raisons de pures responsabilités, et du manque cruel de moyens importants ne permettant pas d’assurer correctement la sécurité des personnes, de diminuer, quand les organisateurs le peuvent, le nombre de jours successifs de leur fête locale.

Les différents Maires présents ont ensuite pris la parole pour rappeler l’importance des fêtes locales, de la promotion culturelle qu’elles reflètent et du lien de cohésion sociale que celles-ci représentent.

Ils ont dénoncé le caractère « parapluie » du texte qu’ils ont reçu, rappelant que dans tous les cas les responsabilités seraient engagées.

La FNCOF, a bien entendu les messages successifs qui nous semblent amplement légitimes.

Les maires, mettent le doigt sur le caractère « Sournois » de ce texte qui une fois de plus porte atteinte à la culture et aux festivités pour des raisons financières et organisationnelles.

Nous entendons bien le message du préfet de l’Hérault concernant la responsabilité de tous vis-à-vis des attentats et de la protection de nos concitoyens dans ces moments difficiles mais cela ne peut être l’unique raison qui permettrait, à terme la suppression des fêtes. Il est à souligner que le préfet, à diverses reprises a souligné avec véhémence, son attachement aux fêtes votives traditionnelles.

Affaire donc à suivre de près, notre fédération ayant pour but et valeurs de défendre nos adhérents et sympathisants, sans oublier le monde du bénévolat. Nous nous sommes même engagés, auprès des présents, de les tenir informé de l’évolution de ce dossier au niveau national notamment auprès de M. Garcia président du syndicat et de Monsieur le maire de Mauguio que nous avions rencontré par l’intermédiaire de son adjointe dans sa mairie en avril dernier.

 

Nous sommes à votre disposition pour plus d’informations.

 

Arnaud THENOZ, président délégué & Philippe Raybaud, secrétaire général.